Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

L’EMA étudie le lien éventuel entre le vaccin de J&J et le syndrome de Guillain-Barré après une mise en garde aux Etats-Unis

ZURICH (Reuters) – L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi qu’elle analysait les données relatives à des rares cas de syndromes de Guillain-Barré chez des personnes ayant reçu le vaccin contre le COVID-19 de Johnson & Johnson (J&J) après un avertissement des autorités américaines.

JE FAIS UN DON

Le « comité de sécurité de l’EMA analyse les données fournies par [Johnson & Johnson] (…) sur les cas de syndrome de Guillain-Barré signalés à la suite d’une vaccination », a déclaré l’agence européenne. « Le comité a demandé à [Johnson & Johnson] de fournir des données plus détaillées ».

L’autorité américaine des médicaments (FDA) a ajouté lundi un avertissement concernant le syndrome de Guillain-Barré à la notice d’information du vaccin de J&J.

Selon la FDA, sur 100 personnes ayant développé le syndrome, 95 ont dû être hospitalisées et un mort a été signalé.

Près de 12,8 millions de personnes ont reçu le vaccin à dose unique de J&J aux Etats-Unis et 18,6 millions de doses ont été livrées dans les pays de l’Union européenne, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

L’EMA a déclaré que son examen faisait partie des évaluations régulières sur la sécurité des vaccins de J&J et n’a pas donné de détail sur d’éventuel cas survenu en Europe.

L’autorité britannique des médicaments a indiqué de son côté mardi qu’elle examinait également des cas de Guillain-Barré chez des personnes vaccinées et qu’à l’heure actuelle, il n’était pas possible d’établir un lien de cause à effet.

L’EMA avait annoncé en mai examiner des informations faisant état de l’apparition du syndrome sur des sujets vaccinés à l’AstraZeneca.

Selon l’OMS, le syndrome de Guillain-Barré se manifeste lorsque « le système immunitaire du patient attaque une partie du système nerveux périphérique ». La plupart des cas apparaissent à la suite d’une infection bactérienne ou virale.

(Reportage John Miller à Zurich, Ludwig Burger à Francfort et Alistair Smout à Londres, version française Laetitia Volga, édité par Sophie Louet)

tagreuters.com2021binary_LYNXMPEH6C0XG-FILEDIMAGE

Chrétiens TV

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS