Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Une ONG chrétienne soutient l’aide alimentaire apportée aux réfugiés du Myanmar

Plus de trois ans après le coup d’État militaire, le chaos qui règne au Myanmar pénalise la communauté chrétienne. Le gouvernement militaire réagit à la résistance croissante avec une extrême dureté. D’innombrables personnes sont en fuite. La Solidarité Chrétienne Internationale (CSI) participe à la distribution de nourriture.
Le Myanmar est contrôlé par l’armée, qui s’est emparée du pouvoir le 1er février 2021 et a étouffé le mouvement démocratique. Depuis, des lois d’urgence sont en vigueur et l’état d’urgence est continuellement prolongé. La junte combat l’alliance de différents groupes de résistance ethniques par la force brutale. L’armée n’hésite pas à bombarder des villages et des villes entières, sans se soucier des victimes civiles.

JE FAIS UN DON MAINTENANT!
Les camps de réfugiés doivent être continuellement agrandis. csi

Les camps de réfugiés doivent être continuellement agrandis. csi

Des dizaines de milliers de réfugiés

Ce sont surtout les minorités des groupes ethniques chrétiens et les Rohingyas musulmans qui sont visés. Selon un rapport de l’ONU, plus de 2,8 millions d’habitants ont été déplacés à l’intérieur du pays et des dizaines de milliers d’autres se sont réfugiés dans les pays voisins, en Thaïlande, au Bangladesh et en Inde. Dans les camps de fortune, la nourriture et les soins médicaux, les possibilités d’éducation et d’emploi font défaut.

La nourriture fait défaut

Dans la zone frontalière thaïlandaise et indienne avec le Myanmar, les innombrables réfugiés sont considérés comme illégaux. Ils tentent de survivre en travaillant comme journaliers. Leur principal problème : comment nourrir leurs familles ? Les camps provisoires se trouvent dans des régions très isolées. Un tiers des enfants de moins de 5 ans souffre de malnutrition modérée à sévère. C’est là qu’intervient l’aide des partenaires de CSI.

L’entrepôt de la « banque alimentaire » se remplit. csi

L’entrepôt de la « banque alimentaire » se remplit. csi

De la nourriture pour 3 000 personnes

Dans six points de distribution, appelés Food Banks, du riz, des haricots et de l’huile sont distribués à des prix nettement réduits. Actuellement, trois mille réfugiés profitent de ce programme soutenu par CSI, l’objectif étant que, plus tard, ils s’approvisionnent eux-mêmes via une « banque alimentaire » gérée en commun. Ainsi, ceux qui travaillent dans l’agriculture pourront « emprunter » des denrées alimentaires qu’ils rendront ensuite au moment de la récolte.

Cette femme vit avec ses enfants dans un camp proche de la frontière. Elle est sans ressources et dépend de l’aide. csi

Cette femme vit avec ses enfants dans un camp proche de la frontière. Elle est sans ressources et dépend de l’aide. csi

Une aide à la survie

Awli, mère de deux enfants et ancienne enseignante, n’aurait jamais pensé se retrouver un jour dans une telle situation. La vie de réfugié est une lutte pour la survie. Awli explique : « Nous n’avions plus d’argent. Ce fut un grand soulagement lorsque nous avons obtenu un logement et de la nourriture dans le camp. Je prie chaque jour pour tous ceux qui ont donné un coup de main aux démunis du camp et qui ont soutenu financièrement l’aide alimentaire. »

Kyaw Win Naing dirige dans un camp de réfugiés une station qui distribue de la nourriture. Six cents personnes en bénéficient. Son collègue Kaurei confirme la valeur du programme : « Il aide les personnes à faible revenu. Elles peuvent obtenir des aliments subventionnés à crédit et les payer à la fin du mois. Je remercie chaleureusement tout le monde pour leur soutien, leur amour et leurs soins en ces temps difficiles. Que Dieu vous bénisse ! »

Les partenaires de CSI prennent le temps de discuter avec les réfugiés. csi

Les partenaires de CSI prennent le temps de discuter avec les réfugiés. csi

Les réfugiés ont besoin d’aide

Les combats actuels au Myanmar sont menés avec une brutalité sans précédent. La situation des habitants, dont beaucoup appartiennent à des groupes ethniques majoritairement chrétiens, se dégrade à vue d’œil. Ils fuient en masse par peur de la torture, des viols et des bombes. Ils se cachent dans les forêts des régions frontalières et ont souvent tout perdu. L’aide des partenaires locaux de CSI peut sauver des vies.

Rolf Höneisen

Chrétiens TV

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS