Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

UTILISATION DES RESAUX SOCIAUX : La responsabilité chrétienne au cœur d’une conférence des jeunes de l’Eglise Evangélique SIM

La jeunesse de l’Eglise évangélique SIM de Goudrin à Ouagadougou, a organisé le jeudi 18 mai 2023,  une conférence entrant dans le cadre de leur programme d’activités annuelle autour du thème : « Le chrétien et les réseaux sociaux ». Ce thème de débat a porté sur l’état des lieux des réseaux sociaux au Burkina Faso, les avantages majeurs qu’ils ont entrainés, mais également les effets négatifs induits sur nos vies et la responsabilité du chrétien face à ces outils.

JE FAIS UN DON

Photo de famille avec la jeunesse de l’église SIM de Goudrin

Des villes et des campagnes, Facebook, WhatsApp, ou encore You Tube et TikTok sont des moyens de communication bien appréciées de nos jours. Que ce soit pour s’informer, communiquer ou encore faire des affaires, le recours à ces nouveaux moyens de communication est devenu presqu’une routine pour beaucoup. Cependant, en tant que chrétiens, des questions se posent sur notre responsabilité vis-à-vis de ces outils qui ont bouleversé notre manière de vivre. C’est ce que les jeunes de l’Eglise de Goudrin (une quarantaine environ) ont voulu comprendre à travers une conférence animée par le frère Emmanuel LANKOANDE, ancien de ladite Eglise.

Le conférencier Emmanuel LANKOANDÉ

Au Burkina Faso, à en croire le conférencier LANKOANDE, on compte 2,2 millions d’utilisateurs des réseaux et médias sociaux, selon Data Reportal. Parmi les réseaux sociaux les plus utilisés, Facebook vient en tête avec 2,05 millions d’utilisateurs, suivi de LinkedIn avec 250 mille utilisateurs et enfin Twitter qui compte 47,7 mille utilisateurs. WhatsApp, YouTube et TikTok prennent de l’ampleur ces dernières années dans le pays.

La bible déclare dans Osée 4 :6, « Mon peuple périt faute de connaissance ». Faisant le parallèle, le conférencier, a laissé entendre que l’utilisation naïve des réseaux sociaux peut engendrer des conséquences graves qu’il ne faut pas ignorer. Ce sont essentiellement l’addiction, la cybercriminalité, la désinformation, le partage de fausses informations ou les fake news, le cyber-harcèlement, la mise en danger de l’intégrité morale (exposition de contenus choquants), l’isolement social, la distanciation des uns aux autres, etc. D’autres manquements graves dans l’utilisation des réseaux sociaux portant atteinte à la dignité humaine, sont aussi constatés assez souvent. Il s’agit des discours xénophobes, des discours haineux, de la violence (par exemple dans le contexte actuel du terrorisme au Burkina où certains incitent à la haine et à la violence).

Le Président de la jeunesse (Yarga Ountodi) au micro

Au regard des dangers que présentent les réseaux sociaux, on peut vite en avoir une vision extrêmement négative. Ils ne seraient que source de mal-être et n’apporteraient strictement rien de positif. « Or, il ne faut pas oublier que tous ces services ne sont que des outils. Condamner les réseaux sociaux sans discernement serait dans ce cas contre-productif », a soutenu le communicateur. Pour lui, les réseaux sociaux offrent de grandes opportunités que jeunes et adultes peuvent mettre à profit dans la vie. En effet, ces nouveaux outils, au-delà de nous permettre de communiquer avec nos proches ou personnes éloignées, sont des sources d’informations et de formation, des espaces de recherche et de promotion d’activités, etc.

Abordant le sujet principal de la conférence à savoir, « Le chrétien et les réseaux sociaux », le frère Emmanuel, soutient que « si les réseaux sociaux alimentent à tort ou à raison, le débat dans les milieux chrétiens, ils sont devenus de nos jours, incontournables pour ces derniers ». Il est vrai que la bible n’en  dit rien mais après tout, est-il judicieux de « jeter le bébé avec l’eau du bain? ». Selon lui, « en tant que chrétiens, appelés à apporter l’évangile partout dans le monde, nous sommes obligés de nous rendre à l’évidence que cette avancée technologique, en plus de rapprocher les chrétiens les uns aux autres, constituent de potentiels outils d’évangélisation et d’édification, des opportunités de témoignage de l’amour de Dieu pour l’humanité ».L’essentiel après tout, « c’est de rester chrétien même en ligne », dit-il. Et d’ajouter que « Si l’Eglise se mettait à ignorer les réseaux sociaux, à cause des défauts qu’on leur connait ou qu’on leur attribue à tort ou à raison, elle passerait à côté de sa mission et pire elle resterait spectatrice du détournement toujours plus important des hommes de ce temps, et des temps à venir, du message salvateur du Christ ». Il a de ce fait, égrené les nombreux avantages des réseaux sociaux avant de prodiguer quelques conseils pour leur bonne utilisation.

Entre autres conseils, le conférencier a suggéré de savoir réduire techniquement et mentalement notre présence sur les espaces numériques, de savoir recouper toujours l’information, de réfléchir à ce que l’on publie sur Internet, de choisir soigneusement les plateformes que nous utilisons, de taper son nom régulièrement sur internet (Google) pour voir ou vérifier que personne n’a usurpé votre identité, etc.

A cela, s’ajoutent des questions pratiques que tout chrétien devrait se poser avant de faire une publication quelconque sur Facebook ou sur un réseau social : « Ma publication rapprochera-t-elle les autres de Dieu ? Ma publication est-elle vraie et honore –t-elle Dieu ? Ma publication édifie –t-elle ou scandalise –t-elle ? Mes commentaires sont-ils utiles et édifiants ? Est-il nécessaire ou utile que je like, partage mon opinion sur ce sujet dans ce forum ? Suis-je inspiré(e) par le Saint-Esprit en publiant ce contenu ? ». De l’avis du conférencier, les publications lorsqu’elles sont bien réalisées contribuent à nourrir la foi des frères et sœurs et conduire à la conversion de nouvelles personnes (les voies de Dieu étant insondables).

A l’endroit des Eglises, Emmanuel LANKOANDE  a recommandé que soit élaborée une stratégie pour l’utilisation efficace et efficiente des réseaux sociaux avec des objectifs précis et que soient formés les leaders et fidèles à l’usage de ces nouvelles technologies.

Le conférencier a ensuite proposé aux participants(es) quelques réseaux sociaux évangéliques pouvant les accompagner dans leur croissance spirituelle. Il a formulé le vœu pieux que les réseaux sociaux soient utilisés par le chrétien comme de simples outils d’évangélisation. « N’ayez pas peur de refléter votre belle identité de chrétien sur la toile ; soyons la lumière et le sel du monde afin d’impacter notre société », tout en ayant les yeux fixés sur le verset 7 de Colossiens 3 : « Et quoi que vous fassiez en parole ou en actes, faites tout pour la gloire de Dieu », a-t-il conseillé.  : « Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme au-dessus de vous-même », nous rappelle la parole de Dieu dans Philippiens 2 : 3. Il a, par ailleurs, exhorté les jeunes chrétiens évangéliques à faire preuve d’auto discipline, de modération dans l’usage des réseaux sociaux qui, de son point de vue,  se présentent comme un couteau à double tranchant : « un couteau peut servir à faire la cuisine ou à ôter la vie ».

Le communicateur a conclu en disant qu’il est primordial pour le chrétien de confronter ses pratiques sur les réseaux sociaux à la lumière de l’évangile qui nous dit que : « Toutes choses me sont permises, mais toutes choses ne sont pas avantageuses : toutes choses me sont permises, mais je ne me laisserai pas, moi, asservir par aucune » (1 Corinthien 6 : 12).

Pour le Journal Chrétien

Emmanuel LANKOANDE

Chrétiens TV

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS