Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Une chrétienne rejetée par la communauté villageoise en Inde

Combien de souffrances cette femme peut-elle encore supporter ? La chrétienne Manki Hasda a perdu son mari il y a cinq ans. Son fils est paralysé. Maintenant, elle est mise au ban de la communauté villageoise, soupçonnée du meurtre de son mari et attaquée à cause de sa foi. Les partenaires de la Solidarité Chrétienne Internationale (CSI) s’occupent d’elle.
Avec son mari, Manki Hasda a dirigé pendant des années une Église dans l’État fédéré du Jharkhand, au centre de l’Inde. Le couple de pasteurs, qui a un fils, entretenait de bons contacts avec la majorité hindoue du village. Depuis la mort de son mari il y a cinq ans, Manki doit s’occuper seule de son fils hémiplégique. Malgré ce coup dur, elle est restée forte dans la foi. Elle a continué à diriger l’Église et à organiser des réunions à domicile avec des femmes des environs.

Mais sa foi chrétienne était de plus en plus diffamée dans le village comme une religion étrangère. Des extrémistes hindous la menaçaient et lui conseillaient vivement de renier sa foi. À cela s’ajoutaient des problèmes financiers. Souvent, elle devait s’endormir en ayant faim.

Sa maison est encerclée

L’hostilité à motifs religieux n’a cessé de croître dans le village. Les voisins et les extrémistes hindous accusaient Manki de pratiquer la magie noire et la sorcellerie. « C’est allé si loin qu’ils m’ont accusée d’être la meurtrière de mon mari », se plaint-elle en larmes.

La situation s’est radicalement aggravée en novembre 2022, lorsque quelques extrémistes hindous ont encerclé sa maison. Torches de feu à la main, ils ont menacé de brûler sa maison si elle ne quittait pas le village. La pauvre Manki n’avait pas d’autre choix. « Mon fils et moi-même avons été chassés du village à cause de notre foi en Christ », raconte-t-elle tristement.

Actuellement, tous deux vivent dans une baraque abandonnée, à moitié en ruine. Depuis leur expulsion du village, personne n’a osé prendre la direction de l’Église de Manki.

Manki s’est retrouvée sans revenu et a dû se débrouiller pendant trois mois sans aucun soutien. En février 2023, les partenaires de CSI ont entendu parler d’elle par un bénévole originaire du même village. Sans hésiter, une équipe lui a rendu visite pour évaluer ses principaux besoins. Depuis lors, la veuve proscrite reçoit de la nourriture et d’autres aides vitales. L’équipe l’aide également à trouver un emploi.

Reto Baliarda

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS