Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Les commentaires de la BCE dépriment les Bourses européennes

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont terminé en baisse lundi, sous la pression de commentaires restrictifs de membres du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), alors que les investisseurs se positionnent pour des taux directeurs plus élevés pendant plus longtemps.

À Paris, le CAC 40 a abandonné 0,85% à 7.123,88 points, tandis que le Dax allemand cédait 0,98% et le Footsie britannique 0,78%.

L’indice EuroStoxx 50 a terminé la séance sur une baisse de 0,95%, contre 0,62% pour le FTSEurofirst 300 et 0,62% pour le Stoxx 600.

Le mois de septembre a été marqué par la réunion de nombreuses banques centrales, dont la Réserve fédérale et la BCE, qui ont chacune averti que les taux approchaient de leur pic, mais pourrait y être maintenus pendant plus longtemps qu’initialement prévu.

La BCE ne se prononce pas sur l’évolution future de ses taux, mais la Fed prévoit une baisse de 50 points de base de son taux directeur en 2024, contre 100 pb de baisse prévus par la banque centrale dans ses prévisions précédentes, publiées en juin.

Les investisseurs se focalisent donc sur les éléments permettant de clarifier la trajectoire des taux: les données d’inflation en zone euro et l’indice PCE des prix, l’indicateur d’inflation préféré de la Fed, sont attendus vendredi et seront essentiels aux anticipations de taux des marchés.

Lundi, des déclarations de Christine Lagarde, présidente de la BCE, et d’Isabelle Schnabel, membre du conseil des gouverneurs de la banque centrale, ont contribué à raviver les inquiétudes sur les taux.

La présidente de la BCE a ainsi insisté sur la nécessité de maintenir les taux à un niveau restrictif pendant suffisamment de temps, tandis qu’Isabel Schnabel a expliqué que la zone euro n’en avait pas fini avec l’inflation.

TAUX

Les rendements longs touchent des niveaux records sur plusieurs années, soutenus par des perspectives de taux durablement restrictifs.

Le rendement du Treasury à dix ans bondit de 7,7 pb à 4,5171%, et touche un plus haut sur 16 ans au cours de la séance, tandis que le taux à deux ans perd 1,5 pb à 5,1077%.

Le rendement du dix ans allemand clôture en hausse de 5 pb à 2,786%, un plus haut depuis 2011, tandis que celui du taux à deux ans perd 3 pb à 3,219%.

VALEURS

Le secteur du luxe a reculé après que l’agence S&P a abaissé ses perspectives de croissance pour l’économie chinoise. Kering a abandonné 4,54%, LVMH 2,59% et Hermès 3,36%, les trois plus mauvaises performances du CAC 40. Ailleurs en Europe, Richemont, Moncler et Burberry ont cédé respectivement 2,39%, 2,09% et 4,51%, tandis que l’indice sectoriel du luxe fléchissait de 2,59%.

Ubisoft s’est octroyé 2,55%, Exane BNP Paribas étant à « surperformance » sur l’éditeur de jeux vidéo.

Klépierre a perdu 3,03% après que RBC a abaissé sa recommandation à « sous-performance » contre « performance en ligne avec le secteur ».

Entain a baissé de 13,07%, en queue du Stoxx 600, après avoir déclaré que ses revenus liés aux jeux en ligne devraient baisser à un « pourcentage à un chiffre élevé » sur une base pro forma en raison de problématiques réglementaires et d’une croissance plus lente que prévu en Australie et en Italie.

A WALL STREET

Wall Street hésite à l’heure de la clôture en Europe avant une session de questions-réponses avec le gouverneur de la Fed de Minneapolis Neel Kashkari qui pourrait permettre de clarifier la trajectoire des taux.

A l’heure de la clôture en Europe, les échanges à la Bourse de New York indiquaient un Dow Jones stable, contre une hausse de 0,23% pour le Standard & Poor’s 500 et 0,26% pour le Nasdaq Composite.

CHANGES

Le dollar avance à un plus haut sur presque un an, soutenu par la progression des rendements obligataires.

Le dollar se hisse de 0,35% face à un panier de devises de référence, tandis que l’euro cède 0,61% à 1,0587 dollar. La livre sterling recule de 0,2% à 1,2214 dollar.

PÉTROLE

Le brut recule, les marchés s’inquiétant de l’impact de taux plus élevés sur l’activité et la demande en pétrole dans les économies avancées.

Le Brent abandonne 0,29% à 93 dollars le baril, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) se repliant de 0,47% à 89,61 dollars.

(Rédigé par Corentin Chappron)

tagreuters.com2023binary_LYNXMPEJ8O0R4-BASEIMAGE

VOUS AIMEZ NOUS LIRE ? SOUTENEZ-NOUS !
Face à des enjeux sociétaux devenus essentiels (la polarisation extrême de tout débat, les risques communautaristes et la guerre jusqu’à nos portes, les questions éthiques et anthropologiques qui vont déterminer le devenir de notre civilisation …) la mission du Journal Chrétien est plus que jamais impérieuse. 
Chaque don que vous nous faites contribue à renforcer notre capacité à partager la lumière de la foi chrétienne en offrant une source d'inspiration et d'espoir à ceux qui en ont le plus besoin.
Nombre de nos donateurs ont dû réduire leur soutien du fait de leur situation économique : nous avons vraiment besoin de l’aide de tous ceux qui le peuventpour continuer notre mission.
Grâce à votre précieuse aide, le Journal Chrétien délivre une information solide et vérifiée, propose des débats sur des sujets de fond, contribue à la formation de chrétiens souvent fragiles, propose des enseignements bibliques édifiants et donne à voir les merveilles de Dieu dans la vie des hommes et des femmes, pour nourrir cette espérance qui nous fait vivre et agir.
Merci infiniment pour votre générosité et votre fidélité. Ensemble, nous faisons une réelle différence dans la vie de nombreux chrétiens, en semant les graines de l’espérance et de la foi.
Avec toute notre gratitude,
L'équipe du Journal Chrétien

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS