Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

                                                                             

France: Macron lance une « mission flash » sur les urgences avant une « révolution collective » dans la santé

PARIS (Reuters) – Emmanuel Macron a annoncé mardi le lancement d’une « mission flash » pour permettre « dès cet été » de consolider les services hospitaliers d’urgence, pour certains menacés de fermeture faute de moyens.

En déplacement au centre hospitalier de Cherbourg en compagnie de sa ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, le président de la République a dit vouloir « plus largement » engager une « vraie révolution collective » dans le système de santé en France, en lui donnant « beaucoup plus de souplesse » au niveau local par une « contractualisation » entre ses différents acteurs dans chaque bassin de vie.

La « mission flash » de quatre semaines sur les urgences a été confiée au docteur François Braun, président de Samu-Urgences de France.

Son objectif est de « pouvoir au 1er juillet au plus tard remettre à la ministre un travail qui aura vocation à expliquer territoire par territoire là où sont les manques, de pouvoir les chiffrer et de pouvoir aussi illustrer les premières pistes pour répondre à ces problèmes » d’accès rapide à un médecin, que ce soit aux urgences ou en médecine de ville, a dit Emmanuel Macron.

Il s’agit de « pouvoir dès cet été apporter des réponses très fortes, pour pouvoir consolider nos urgences dans cette période », a-t-il ajouté.

Au-delà de ce problème précis, Emmanuel Macron a dit vouloir obtenir « une cartographie au début de l’été qui soit complète » des difficultés dans les hôpitaux.

« Sur cette base là nous allons ensuite lancer des travaux nationaux (…) (prendre) des décisions structurantes (…) et ceci à partir de la fin de l’été sera décliné dans chaque territoire (…) au niveau d’un bassin de vie », a dit le président de la République.

« Il faut simplifier le système, refaire confiance au terrain et permettre de bâtir des solutions sur lesquelles on va contractualiser et accepter qu’on a un objectif national (…) mais on va (le) décliner localement et donc contractualiser et donner beaucoup plus de souplesse », a insisté Emmanuel Macron, tout en reconnaissant que « dans la décennie qui vient, on n’aura jamais de solution parfaite ».

(Rédigé par Bertrand Boucey)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI4U0XR-BASEIMAGE

Les commentaires sont fermés.