Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

La France est-elle gouvernable ? Réponse avec le prochain budget

Il y a à peine plus d’un mois, la France suscitait déjà de sérieux doutes sur sa capacité à combler son déficit budgétaire. La question est désormais de savoir si elle sera même tout simplement capable de se doter d’un budget, sous le regard inquiet des marchés financiers, de la Commission européenne et de ses partenaires de la zone euro.

La décision totalement inattendue d’Emmanuel Macron d’organiser en toute hâte des élections législatives anticipées a accouché d’une Assemblée nationale fragmentée, au sein de laquelle aucune coalition éventuelle ne semble en mesure de faire adopter un budget, texte marqueur par excellence d’une majorité politique.

La question a été à peine abordée au cours d’une campagne éclair de moins d’un mois, alors que la France dépasse déjà largement les limites autorisées au sein de l’Union européenne en termes de dette et de déficit publics, quand bien même ces dernières ont été assouplies en matière de rythme d’ajustement.

« Il sera difficile pour une Assemblée nationale divisée de s’entendre sur des réductions de dépenses politiquement compliquées », dit Léo Barincou, économiste chez Oxford Economics.

« Cela va mettre la France en contradiction avec les nouvelles règles budgétaires de l’UE », ajoute-t-il.

Les projets budgétaires du gouvernement sortant censés ramener le déficit de 5,5% du produit intérieur brut (PIB) l’an dernier à moins de 3% – le plafond prévu par les textes européens – en 2027 avaient déjà été accueillis avec scepticisme par le Fonds monétaire international ou encore le Haut Conseil des finances publiques, lequel a dénoncé en avril un « manque de crédibilité » dans les prévisions de Bercy.

Ce sont désormais les propositions du Nouveau Front populaire (NFP), la coalition de gauche arrivée en tête des élections législatives, qui éveillent les soupçons de certains économistes, entre hausse du salaire minimum, alourdissement des impôts sur les plus fortunés ou encore abrogation du report de l’âge du départ à la retraite.

LE RISQUE DE LA MOTION DE CENSURE

« Nous sommes la seule formation politique qui a mis des recettes face aux dépenses pour augmenter le pouvoir d’achat », rétorque le député socialiste Boris Vallaud, interrogé par Reuters.

Son collègue de la France insoumise, Eric Coquerel, président de la commission des Finances dans l’Assemblée sortante, appuie : « On a un programme où il n’y a aucune dépense sans recette donc il n’y a pas de raison d’augmenter les déficits, on peut même faire mieux que le gouvernement. Et même on n’a pas intégré dans notre programme des effets d’une augmentation keynésienne qui peut arriver, en termes de cotisations, dans un second temps. »

Reste que la gauche pas plus que la droite ni le camp présidentiel centriste ne disposent d’une majorité, loin de là, et semblent bien plus exposés au risque d’une motion de censure que le gouvernement sortant, qui a fait adopter ses textes budgétaires sans vote depuis 2022 via l’article 49.3 de la Constitution.

Si la gauche et la majorité présidentielle sortante, mais pas les Républicains, sont convenus lors des élections de désistements réciproques pour empêcher le Rassemblement national d’accéder au pouvoir, une entente en vue de l’élaboration d’un budget nécessiterait des compromis inhabituels au sein de la vie politique française, entre différents camps aux positions de départ diamétralement opposées.

MARINE LE PEN EN EMBUSCADE

« Il faut répondre aux attentes des Français par la santé de l’économie et par les salaires », dit Eric Woerth, député « macroniste » après avoir été ministre du Budget sous Nicolas Sarkozy. « On aura besoin de se poser la question de la démocratie parlementaire sans compromis avec l’extrémisme de gauche et de droite. Cela prend du temps, il y a besoin de pacification. »

« Bienvenue dans la politique des coalitions », commente Nicolas Véron, économiste au centre de réflexion Bruegel à Bruxelles et au Peterson Institute for International Economics à Washington.

« Cela pourrait nécessiter des négociations prolongées et beaucoup d’essais et d’erreurs », ajoute-t-il au sujet de la formation d’un gouvernement.

Alors que la Constitution interdit toute nouvelle dissolution de l’Assemblée nationale d’ici un an, l’incertitude risque de durer.

Emmanuel Macron s’est envolé à Washington pour un sommet de l’Otan sans avoir pris la parole depuis l’annonce des résultats des élections dimanche, hormis pour annoncer via des communiqués qu’il maintenait « pour le moment » le gouvernement de Gabriel Attal et attendait « la structuration de la nouvelle Assemblée nationale pour prendre les décisions nécessaires ».

La nouvelle législature débute le 18 juillet puis la vie politique française pourrait être rapidement anesthésiée par les Jeux olympiques de Paris et les vacances du mois d’août.

Quel qu’il soit, le gouvernement devra pourtant soumettre d’ici environ la mi-octobre un projet de budget à la Commission européenne.

Les agences de notation Moody’s et S&P Global ont déjà exprimé leurs inquiétudes sur l’évolution des comptes publics de la France et, pour Bruno Cavalier, chef économiste chez Oddo Securities, les investisseurs vont exiger une prime de risque plus élevée pour détenir de la dette française à mesure que la paralysie semble s’installer.

Dans les deux cas, une dégradation des comptes publics ou une politique d’austérité budgétaire pourraient faire le jeu de Marine Le Pen, qui, après avoir caressé l’espoir d’une victoire aux législatives, observe désormais le « bourbier » politique français avec l’élection présidentielle de 2027 en ligne de mire.

(Avec Elizabeth Pineau et Michel Rose à Paris, Gavin Jones à Rome, rédigé par Mark John, édité par Blandine Hénault)

Soutenez Chrétiens TV, la chaîne de télévision chrétienne francophone créée par le Journal Chrétien

JE FAIS UN DON
Face à des enjeux sociétaux devenus essentiels (la polarisation extrême de tout débat, les risques communautaristes et la guerre jusqu’à nos portes, les questions éthiques et anthropologiques qui vont déterminer le devenir de notre civilisation …) la mission de Chrétiens TV est plus que jamais impérieuse. 
Chaque don que vous nous faites contribue à renforcer notre capacité à partager la lumière de la foi chrétienne en offrant une source d'inspiration et d'espoir à ceux qui en ont le plus besoin.
Nombre de nos donateurs ont dû réduire leur soutien du fait de leur situation économique : nous avons vraiment besoin de l’aide de tous ceux qui le peuventpour continuer notre mission.
Grâce à votre précieuse aide, Chrétiens TV délivre une information solide et vérifiée, propose des débats sur des sujets de fond, contribue à la formation de chrétiens souvent fragiles, propose des enseignements bibliques édifiants et donne à voir les merveilles de Dieu dans la vie des hommes et des femmes, pour nourrir cette espérance qui nous fait vivre et agir.
Afin d’aider Chrétiens TV à poursuivre sa mission, je vous invite à renouveler une fois de plus votre soutien à Chrétiens TV, afin que nous puissions continuer à toucher les cœurs et les esprits de millions de personnes en diffusant la parole de Dieu à travers le monde.
Merci infiniment pour votre générosité et votre fidélité. Ensemble, nous faisons une réelle différence dans la vie de nombreux chrétiens, en semant les graines de l’espérance et de la foi.
Avec toute ma gratitude,
Aloys Evina                                                                          
Directeur du Journal Chrétien, éditeur de la chaîne Chrétiens TV

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS