Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

                                                                             

La ministre allemande de la Défense veut un débat sur l’interdiction d’importation du gaz russe

La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a déclaré dimanche que l’Union européenne devait débattre d’une interdiction de l’importation de gaz russe après les accusations ukrainiennes et européennes d’atrocités de l’armée russe près de Kyiv.

L’Ukraine a accusé dimanche l’armée russe d’un « massacre » de civils dans la ville de Boutcha et son président a évoqué un « génocide ».

« Il faut qu’il y ait une réponse. De tels crimes ne peuvent pas rester sans réponse », a dit Christine Lambrecht sur la chaîne de télévision publique allemande ARD.

Berlin avait jusqu’à présent rejeté les appels en faveur d’un embargo total sur les importations de gaz, de pétrole et de charbon en provenance de Russie en expliquant que son économie, comme celle d’autres pays européens, était trop dépendante de cette source d’énergie.

Mais dimanche, Christine Lambrecht a déclaré que les Etats membres de l’UE devaient désormais discuter d’une telle interdiction, selon un message publié par son ministère sur Twitter.

Sa collègue des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait auparavant appelé dimanche à durcir les sanctions visant Moscou, sans toutefois évoquer le secteur de l’énergie.

« Les responsables de ces crimes de guerre doivent rendre des comptes. Nous allons durcir les sanctions contre la Russie et nous aiderons encore davantage l’Ukraine à se défendre elle-même », a déclaré Annalena Baerbock sur Twitter.

L’UE travaille à de nouvelles sanctions depuis un certain temps déjà mais samedi, le commissaire à l’économie, Paolo Gentiloni, a déclaré que de nouvelles mesures ne concerneraient pas le secteur de l’énergie.

(Reportage Sabine Siebold, Sarah Marsh et Kerstin Doerr, version française Marc Angrand)

Les commentaires sont fermés.