Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

L’Allemagne ne devrait pas bloquer un accord avec la Chine sur le port de Hambourg mais le réduire indiquent des sources

par Christian Kraemer et Andreas Rinke

JE FAIS UN DON

BERLIN (Reuters) – L’Allemagne pourrait autoriser le transporteur maritime chinois Cosco à prendre une participation moins importante que prévu dans un terminal du port de Hambourg, ce qu’une source ministérielle a qualifié de « solution d’urgence » pour permettre à l’opération de se réaliser tout en atténuant sa portée.

Le géant chinois du transport maritime a fait une offre en 2021 pour prendre une participation de 35% dans l’un des trois terminaux de la société de logistique portuaire HHLA au port de Hambourg, le plus grand d’Allemagne, mais la coalition au pouvoir à Berlin est divisée sur l’avenir de cet investissement.

Un compromis en cours de discussion verrait le gouvernement allemand approuver la vente de 24,9% du terminal à Cosco.

Selon des sources, les ministères de l’Economie et des Affaires étrangères souhaitent toujours bloquer complètement l’opération mais il est peu probable qu’ils y parviennent, le chancelier Olaf Scholz, qui doit se rendre en Chine pour une visite officielle début novembre, n’ayant pas inscrit la question à l’ordre du jour du gouvernement.

La décision finale du gouvernement donnera des indications sur la volonté prêtée à l’Allemagne de durcir sa politique à l’égard de la Chine, son premier partenaire commercial, afin d’éviter d’être trop dépendante économiquement d’un pays aux ambitions diplomatiques et militaires affichées sous la direction de son président Xi Jinping, sorti renforcé du congrès du Parti communiste.

Les discussions sur l’investissement envisagé par Cosco au port de Hambourg ne sont pas terminées, ont dit les sources.

China.Table, de Table Media, a rapporté lundi, citant des sources proches des négociations, que Cosco pourrait accepter un accord avec une participation réduite.

« Les administrations concernées au sein du gouvernement fédéral considèrent une limite à 24,9% comme une ‘solution d’urgence’ pour éviter que des choses plus graves ne se produisent », a déclaré une source au ministère de l’Economie, ajoutant qu’une participation plus faible donnerait à Cosco moins de poids dans la gestion du terminal.

« Bien entendu, cela n’élimine pas les risques réels et les administrations continuent de penser qu’une interdiction totale est la meilleure solution », a déclaré la source.

La Chine a précédemment formulé l’espoir que l’Allemagne considérerait cet investissement sous un « angle objectif et rationnel », sans politiser les relations économiques entre les deux pays.

(Reportage Christian Kraemer, Andreas Rinke et Alexander Ratz ; rédigé par Maria Sheahan et Matthias Williams ; version française Diana Mandiá, édité par Bertrand Boucey)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI9O0LL-BASEIMAGE

Chrétiens TV

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS