Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

DIRECT. Israël sur le pied de guerre, le Hamas menace d’exécuter des otages

L’armée israélienne a annoncé lundi la mobilisation de 300.000 réservistes, un chiffre sans précédent, et l’instauration d’un blocus total de la bande de Gaza, signe qu’elle pourrait préparer un assaut terrestre en réponse à l’attaque dévastatrice perpétrée ce week-end par des combattants du Hamas.

Après des heures de bombardements intenses par l’aviation israélienne, le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza, a déclaré qu’il exécuterait un otage civil israélien pour chaque attaque de logement civil sans préavis.

À l’intérieur d’Israël, les combattants palestiniens étaient toujours retranchés ce lundi en plusieurs endroits, deux jours après avoir tué des centaines d’Israéliens et pris des dizaines d’otages lors d’un raid qui a ébranlé la réputation d’invincibilité d’Israël.

Les chaînes de télévision israéliennes rapporte que le bilan de l’attaque du Hamas s’élevait à 900 morts. Le ministère de la santé de Gaza a déclaré qu’au moins 687 Palestiniens ont été tués et 3.726 blessés dans les frappes aériennes israéliennes sur l’enclave assiégée.

Faisant écho au Hamas, la branche armée du Jihad islamique, qui a déclaré détenir plus de 30 captifs israéliens, a demandé à Israël de s’abstenir de frapper les civils s’ils se souciaient du sort des Israéliens qu’il détient.

À Gaza, Israël a poursuivi ses frappes de représailles les plus intenses jamais menées. Le ministre de la défense, Yoav Gallant, a annoncé un renforcement du blocus, qui empêcherait même la nourriture et le carburant d’atteindre la bande de Gaza, où vivent 2,3 millions de personnes.

À la tombée de la nuit, les frappes aériennes israéliennes sont devenues plus violentes, et des témoins ont déclaré que plusieurs sièges de sécurité et ministères du Hamas avaient été touchés. Les frappes ont détruit des routes et des maisons.

Israël a également bombardé le siège de la société privée des télécommunications palestiniennes, ce qui pourrait avoir un impact sur les services de téléphonie terrestre, d’Internet et de téléphonie mobile.

Autre signe du passage rapide d’Israël à l’état de guerre, un membre du cabinet du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré qu’il pourrait mettre en place un gouvernement d’unité nationale auquel se joindraient les dirigeants de l’opposition dans les heures qui viennent.

PROPAGATION DES COMBATS

La perspective que les combats s’étendent à d’autres zones a alarmé la région. Les troupes israéliennes « ont tué un certain nombre de suspects armés qui s’étaient infiltrés en territoire israélien depuis le territoire libanais », a déclaré l’armée, ajoutant que des hélicoptères « frappent actuellement dans la zone ».

Le Hezbollah a déclaré que quatre de ses membres avaient été tués par des tirs israéliens sur le sud du Liban lundi. Un responsable du Hezbollah, comme l’Iran soutenu par l’Iran, avait auparavant démenti que le groupe ait monté une quelconque opération en Israël.

Des tirs d’artillerie et des coups de feu ont été entendus à la frontière sud du Liban avec Israël, a déclaré un correspondant de la chaîne de télévision Al Manar, instrument de propagande du Hezbollah, dans un message publié sur les réseaux sociaux. La radio de l’armée israélienne a précisé que l’endroit se trouvait près d’Adamit, en face des villes frontalières libanaises d’Aalma El Chaeb et de Zahajra.

Les Brigades Al Quods, branche armée du Jihad islamique, ont quant à elles revendiqué un attentat à la frontière israélo-libanaise.

Dans le sud d’Israël, théâtre de l’attaque meurtrière du Hamas, le principal porte-parole militaire israélien a déclaré que les troupes avaient repris le contrôle des communautés à l’intérieur d’Israël qui avaient été envahies, mais que des affrontements isolés se poursuivaient car certains hommes armés restaient actifs.

Les images des corps de centaines de civils israéliens étalés dans les rues des villes, abattus lors d’une soirée dansante en plein air et enlevés à leur domicile, sont sans précédent dans le conflit israélo-palestinien qui dure depuis des décennies.

L’annonce de la mobilisation de 300.000 réservistes en l’espace de deux jours seulement a renforcé les spéculations selon lesquelles Israël pourrait envisager une attaque terrestre contre Gaza, un territoire qu’il a évacué il y a près de vingt ans.

« Nous n’avons jamais mobilisé autant de réservistes à une telle échelle », a déclaré le porte-parole en chef de l’armée, le contre-amiral Daniel Hagari. « Nous passons à l’offensive. »

Les Palestiniens ont déclaré avoir reçu des appels et des messages audio sur leur téléphone portable de la part d’agents de sécurité israéliens leur demandant de quitter les zones situées principalement dans les territoires du nord et de l’est de Gaza, et les avertissant que l’armée y mènerait des opérations.

Le Hamas, qui appelle à la destruction d’Israël, affirme que son attaque était justifiée par la situation critique de la bande de Gaza, soumise à un blocus depuis 16 ans, et par la répression israélienne la plus meurtrière depuis des années en Cisjordanie occupée.

UN MASSACRE TOTAL

Les principaux groupes palestiniens qui ont déploré les attaques ont déclaré que la violence était néanmoins prévisible, alors que le processus de paix est gelé depuis près d’une décennie et que les dirigeants israéliens d’extrême droite parlent d’annexer les terres palestiniennes une fois pour toutes.

Les assaillants ont abattu des dizaines de jeunes Israéliens lors d’une fête organisée dans le désert – les médias ont fait état de 260 morts. Un jour plus tard, des dizaines de survivants sortaient encore de leur cachette. Le site était jonché d’épaves et de voitures abandonnées.

« C’était un véritable massacre », a déclaré Arik Nani, qui fêtait son 26e anniversaire et qui s’est échappé en se cachant pendant des heures dans un champ.

À Gaza, des images obtenues par Reuters ont montré des dizaines de personnes escaladant des bâtiments effondrés à la recherche de survivants, l’air étant encore poussiéreux à cause de l’impact. Des sirènes retentissent tandis que des équipes de secours éteignent des voitures qui ont pris feu.

« Le ciblage militaire et le bombardement par l’ennemi sioniste de maisons habitées par des femmes et des enfants, de mosquées et d’écoles à Gaza s’apparentent à des crimes de guerre et à du terrorisme », a déclaré Izzat Reshiq, un responsable du Hamas, dans un communiqué.

L’Égypte, qui a servi de médiateur entre Israël et le Hamas lors de conflits antérieurs, était en contact étroit avec les deux parties, selon des sources de sécurité égyptiennes. Le président turc Tayyip Erdogan a également déclaré que son pays était prêt à jouer un rôle de médiateur.

Des médiateurs qataris ont eu des entretiens avec des responsables du Hamas pour tenter de négocier la libération de femmes et d’enfants israéliens capturés par le groupe militant et détenus à Gaza, en échange de la libération de 36 femmes et enfants palestiniens des prisons israéliennes, a déclaré une source à l’agence Reuters.

Ces violences mettent en péril la normalisation des relations entre Israël et l’Arabie saoudite, soutenue par les États-Unis, un réalignement sécuritaire qui aurait pu menacer les espoirs d’autodétermination des Palestiniens et mettre l’Iran hors du jeu.

« Le prix que paiera la bande de Gaza sera très lourd et changera la réalité pour des générations », a déclaré le ministre de la défense, Yoav Gallant, à Ofakim, l’une des villes attaquées.

L’armée israélienne est confrontée à de nombreuses interrogations devant la pire défaillance des services de renseignement du pays en 50 ans. Les options de Benjamin Netanyahu pourraient également être limitées par les inquiétudes concernant le sort des otages israéliens.

(Reportage Maayan Lubell et Ari Rabinovitch à Jerusalem, Nidal al-Mughrabi à Gaza et Ammar Anwar à Sderot; avec la contribution de Henriette Chacar, Emily Rose et Dan Williams à Jerusalem, Ali Sawafta à Ramallah et Steven Scheer à Modiin, et le bureau de Washington; rédigé par Michael Georgy ; Blandine Hénault et Kate Entringer pour la version française)

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS