Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Ukraine: à l’Onu, la Russie reproche à l’Occident des accusations « sans preuves »

NATIONS UNIES (Reuters) – L’ambassadeur russe à l’Onu a accusé lundi les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, d’accuser « sans preuves » son pays de vouloir attaquer l’Ukraine, faisant valoir pendant une réunion publique du Conseil de sécurité consacrée à cette crise que le chiffre de 100.000 soldats massés aux frontières de l’Ukraine n’avait jamais été confirmé par les Nations unies.

La Russie s’est opposée en vain à ce que le Conseil de sécurité se réunisse en séance publique à la demande des Etats-Unis pour discuter des manoeuvres militaires russes, qui font craindre aux Occidentaux une nouvelle invasion.

Moscou a annexé la péninsule de Crimée en 2014 et continué depuis lors à soutenir les séparatistes prorusses dans la région du Donbass.

L’ambassadeur russe a jugé pendant la réunion que les déclarations américaines sur l’imminence d’une attaque en Ukraine étaient des « provocations », ajoutant que la Russie déploie régulièrement des soldats sur son territoire sans que cela provoque une telle « hystérie ».

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont averti la Russie qu’elle s’exposait à des sanctions économiques sans précédent si elle décidait d’envahir l’Ukraine.

Londres a exhorté lundi Moscou à la désescalade et a détaillé certaines des sanctions qu’elle appliquerait contre des entreprises et des oligarques russes en cas d’invasion de l’Ukraine.

« Leurs avoirs au Royaume-Uni seront gelés, aucune entreprise ni aucun particulier britannique ne pourra effectuer de transaction avec eux et s’ils tentent d’entrer sur le territoire, ils seront refoulés », a déclaré la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss devant le Parlement.

Liz Truss n’a pas dévoilé le nom des personnes qui seraient affectées par ces sanctions mais elle a indiqué qu’elles se trouvent dans le premier cercle du président russe Vladimir Poutine.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a jugé les annonces de Londres « très dérangeantes », ajoutant qu’elles pourraient porter préjudice aux entreprises britanniques et éloigner les investisseurs.

« Une attaque d’un pays particulier contre les entreprises russes l’expose à des mesures de rétorsions. De telles mesures seront formulées en fonction de nos intérêts si nécessaire », a-t-il déclaré.

(Rédigé par Camille Raynaud, édité par Tangi Salaün)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI0U0UN-FILEDIMAGE

VOUS AIMEZ NOUS LIRE ? SOUTENEZ-NOUS !
Face à des enjeux sociétaux devenus essentiels (la polarisation extrême de tout débat, les risques communautaristes et la guerre jusqu’à nos portes, les questions éthiques et anthropologiques qui vont déterminer le devenir de notre civilisation …) la mission du Journal Chrétien est plus que jamais impérieuse. 
Chaque don que vous nous faites contribue à renforcer notre capacité à partager la lumière de la foi chrétienne en offrant une source d'inspiration et d'espoir à ceux qui en ont le plus besoin.
Nombre de nos donateurs ont dû réduire leur soutien du fait de leur situation économique : nous avons vraiment besoin de l’aide de tous ceux qui le peuventpour continuer notre mission.
Grâce à votre précieuse aide, le Journal Chrétien délivre une information solide et vérifiée, propose des débats sur des sujets de fond, contribue à la formation de chrétiens souvent fragiles, propose des enseignements bibliques édifiants et donne à voir les merveilles de Dieu dans la vie des hommes et des femmes, pour nourrir cette espérance qui nous fait vivre et agir.
Merci infiniment pour votre générosité et votre fidélité. Ensemble, nous faisons une réelle différence dans la vie de nombreux chrétiens, en semant les graines de l’espérance et de la foi.
Avec toute notre gratitude,
L'équipe du Journal Chrétien

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS