Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

La mission de l’évangile sur île de Madagascar

Composé du Pasteur Raymond KOFFI , son épouse Teclaire,  Macy Domingo,  le Directeur Régional,   Gilchrist Koutob et quelques responsables de l’équipe de CBN Afrique , l’équipe de mission a séjourné  dans les deux principales villes  de île que sont : Tananarive  et Tamatave. Le journal Chrétien a voulu savoir comment s’est passé cette expédition   particulière. Notre équipe a rencontré le Pasteur Raymond KOFFI. Suivez plutôt

Journal chrétien : Salut Pasteur, Peux-t-on connaitre  l’origine et l’objet de votre mission en compagnie de l’équipe du club 700 à Madagascar ???

Pst Raymond KOFFI : Salut à vous et Merci bien pour la peine que vous prenez pour informer plusieurs personnes dans le monde au travers de votre outil de communication, Le Journal Chrétien ; En fait, l’objet de notre voyage à la grande Ile  de Madagascar, n’est autre que ce que vous dites déjà <La Mission de l’évangile>

 

Journal chrétien : La mission a duré près de deux semaines peux-t-on revenir sur quelques faits marquants ??

Pst Raymond KOFFI : Pour être plus précis, c’était une mission de trois semaines, bien entendu en comptant les jours de voyage.  Parlant de quelques faits marquants, il faut dire que tout est marquant à partir du moment où  il s’agit de l’évangile de Christ Jésus. Pour mieux le dire, il faut apprécier  la spontanéité de la chaleur de l’accueil  de l’évangile  par les  frères  Malagasiens .

Journal chrétien : Le peuple de cette île semble religieux, alors qu’il a écrit l’une des pages glorieuses du christianisme. Selon vous qu’est-ce qui s’est passé pour qu’on en arrive là?

Pst Raymond KOFFI : Je voudrais dire que la religiosité dont  fait preuve ce peuple et bien d’autres encore vient toujours de l’histoire de chaque peuple, et vous pouvez le voir à travers le monde aujourd’hui. Madagascar ne fait pas l’exception, car une fois que la relation entre l’homme et Dieu est négligée, l’on tombe dans le piège de la religion. Le christianisme est le christianisme lorsque le Christ reste le centre d’intérêt. C’est alors que vous pouvez faire l’expérience de Dieu et Le connaître personnellement, bien au-delà de ce que votre cerveau peut connaître. (Citation)

 

Journal chrétien : Quel était votre sentiment quand vous avez visitez le site des martyrs ainsi que la cathédrale construire à cet effet ??

Pst Raymond KOFFI : Vous savez Mr Edjegue, il est un peu difficile de se décrire face à certaines situations et surtout sur le coup, mais il faut dire qu’il y a des questions qui vous viennent à l’esprit, telles quelles ; Comment aurais été ma réaction, ou mon attitude si j’avais été l’un des martyrs ? Et puis d’un autre coup, vous vous sentez booster intérieurement, et vous dites ; Si le prix en valait la peine pour eux, il est valable pour moi, car il faut toujours savoir s’armer de la même pensée, car la vie éternelle avec le Christ en vaut la peine, en fait je voudrais dire ; Il n’y a pas de comparaison

Journal chrétien : L’équipe de CBN Afrique nous annonce un documentaire sur les martyrs de Madagascar, sans révéler le secret du Doc à quoi dois-t-on s’attendre ?

Pst Raymond KOFFI : Il faut s’attendre au récit de l’histoire des premiers disciples de cette grande Ile, il faut s’attendre à la narration des historiens, il faut s’attendre à comprendre qu’il est impossible de tuer la Foi chrétienne, d’effacer la mémoire de ceux qui ont payé le prix pour une cause plus grande que leur propre vie, car pour que la vie ici sur terre ait un sens, cette vie doit-être au service des vertus, ou valeurs plus grandes, et une fois que vous l’avez comprise, vous ne vivez plus pour votre égoïsme

Journal chrétien : Avez-vous senti les malagasiens réceptifs aux  différents sermons  délivrés  ?? Peux-t-on avoir quelques thématiques ?

Pst Raymond KOFFI : Il faut dire que le message de l’évangile dans la grande Ile de Madagascar est très vieux là-bas, et d’ailleurs, ce peuple est le tout premier en Afrique à avoir la Bible traduite dans leur langue locale, dans les années 1877, ils avaient déjà le premier spécimen de L. Dahle, sauf si je me suis  planté dans mes calculs. Et aussi pour dire que nous ne sommes pas les premiers à y aller avec l’évangile, ni même les derniers, les portes sont grandement ouvertes, tout comme les cœurs, mais a  une seule différence !!! Quel est le message que nous apportons à nos frères ? Et dans quelles conditions il est donné ?

Parler de quelques thématiques, Je préfère ne pas en parler, car il s’agit d’un seul et unique thème ; La personne du Seigneur Jésus-Christ, pour chacun de nous, où que nous soyons, et qui que nous sommes.

Journal chrétien : Île de Madagascar et vous ça commence à devenir une histoire d’amour. Quelles sont les attentes spirituelles que vous formulez pour ce peuple et ses dirigeants

Pst Raymond KOFFI : Je ne pense pas c’est une question d’amour particulier avec L’ile de Madagascar, et je ne dis pas non plus que je n’apprécie pas le pays, au contraire, mais par la grâce de Dieu, je m’efforce d’écouter la voix de Dieu et je lui demande la grâce de m’accorder de rester dans ses plans pour ma vie et son appel pour moi

En ce qui concerne le peuple et ses dirigeants ; Dieu est avec eux, et il est au contrôle des besoins du pays, car comme l’a si bien Rév Nfor dans l’une de ses publication ; je cite. LA GESTION DU POUVOIR ET LE SERVICE, C’EST UN ART DONT L’EQUILIBRE EST TRES DÉLICAT Et encore ;

 Il faut Dieu et sa grâce pour contrôler les choses, pour préserver le cœur des dirigeants de l’égoïsme et du mal, et les encourager à lutter de manière désintéressée pour le bien du peuple.

 Le pouvoir et le service sont un pendule difficile à équilibrer. Fin de citation.

 

Journal chrétien : Pouvez-vous nous raconter une anecdote qui vous a marqué pendant cette mission ?

Pst Raymond KOFFI : J’ai essayé de faire de mon mieux de rester discret, et même de mettre des lunettes noires pour ne pas être interpeller en route et dans les lieux public, mais c’était peine perdu, alors je n’avais plus beaucoup liberté dans mes mouvements, et je me suis dit, alors Koffi, tiens-toi bien tranquille. Et garde le sourire même si  tu n’as vraiment pas envie de sourire, c’est souvent très compliqué, mais c’est ma part que Dieu m’a donné (Suivez mon regard)

 

Propos recueillis par Thierry EDJEGUE

 

 

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS