Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Un plaidoyer pour la réhabilitation du Centre des handicapés de Yaoundé

Les Ministres de la Santé Publique et des Affaires Sociales et le Représentant de l’Oms au Cameroun se sont engagés à mutualiser leurs efforts pour viabiliser le Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées Cardinal Paul Émile LEGER( CNRHP) le 21 juillet 2022, à la suite d’une visite de travail.

 

Tout commence par l’Accueil où des psychologues sont associés aux personnels dédiés aux renseignements et à l’orientation des patients pour déceler d’éventuels troubles, déficiences ou anomalies. Il est donné d’apprendre alors que le centre qui reçoit en moyenne 15 600 patients par an compte juste quatre spécialistes et quatre médecins généralistes. De plus, tout est encore fait manuellement. Ce que le Ministre de la santé considère comme des insuffisances. Aussitôt, instruit-il ses proches collaborateurs d’examiner immédiatement la disponibilité en matériel informatique dont pourrait bénéficier cette structure en plus des modalités de renforcement en personnels, en privilégiant la mutualisation des compétences.

État des lieux de la formation sanitaire  

La visite se poursuit dans le nouveau bâtiment équipé d’appareils adéquats neufs et dédié à la rééducation. Ce bâtiment est complété par deux piscines destinées à l’hydrothérapie. MANAOUDA Malachie va insister sur l’entretien des appareils, y compris ceux non encore exploités. A l’unité de radiologie comme au quartier opératoire, ce sont des appareils vétustes et pour certains hors d’usage. Le Directeur Général, Dr. Alexandre MANGA de murmurer : « Nous faisons presque l’impossible ». Et le Ministre de faire observer que la dotation du centre en équipements d’imagerie médicale est urgente.

A l’unité d’appareillage, les différents ateliers composant la chaîne de fabrication et/ou d’assemblage de divers types de prothèses sont parcourus. Çà et là, des étudiants de l’Université de Ngaoundéré, au four et au moulin. La difficulté principale est la cherté de la matière première importée. Des objets de récupération permettent tout de même de produire des prothèses à base de matériaux locaux. En physiothérapie où les corrections des déformations pédestres sont faites, une attention est accordée à la correction des pieds bots chez les nouveau-nés pour un montant oscillant entre 25 000 et 30 000 Fcfa.  A issue de la visite cette le patron de la sante dira   «Nous devons aller vers une stratégie globale de plaidoyer et de mobilisation de fonds pour ce centre »

Une note positive dans cet océan de désespoir

Les visiteurs de marques ont vu des enfants sont  en plein exercices de rééducation fonctionnelle en unité d’ergothérapie. D’autres enfants victimes de traumatisme à la naissance tout comme des personnes victimes d’AVC y sont  aussi reçus. Des gestes essentiels sont enseignés aux accompagnateurs des patients en vue de poursuivre le traitement à domicile. Un aperçu des articles artisanaux réalisés par les personnes victimes de handicap a été exposé  et quelques articles vendus à l’occasion au grand bonheur de madame la ministre des Affaires Sociales. Pauline Irène NGUENE souhaite que  les acquis du CNRPH soient capitalisés pour renforcer la prévention et la prise en charge  des maladies invalidante.  Les membres du gouvernement ont quitté les lieux en émettant le vœu que  de ce centre, un pôle d’excellence

 

Thierry EDJEGUE

 

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS