Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

C’est pour cela aussi que nous nous efforçons de lui être agréables, soit que nous demeurions dans ce corps, soit que nous le quittions. 2 Corinthiens 5:9

Chrétiens TV

Nous nous appliquons avec ardeur à lui être agréables ; car il faut que nous soyons tous manifestés devant le tribunal du Christ, afin que chacun reçoive selon les actions accomplies dans le corps, soit bien soit mal. Connaissant donc combien le Seigneur doit être craint, nous persuadons les hommes… En effet, l’amour du Christ nous étreint, en ce que nous avons jugé ceci, que si un est mort pour tous, tous donc étaient morts, et qu’il est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité. 2 Corinthiens 5. 9-11, 14, 15

La crainte dans l’amour

Connaissant la profondeur de l’amour du Christ, Paul pouvait réaliser combien le Seigneur doit être craint. Pourtant, l’apôtre Jean nous dit : “Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour parfait chasse la crainte, car la crainte comporte du tourment ; et celui qui craint n’est pas accompli dans l’amour” (1 Jean 4. 18). Ce n’est donc pas cette crainte “comportant du tourment” qui remplissait le cœur de Paul, mais bien plutôt le sentiment d’avoir été tellement aimé qu’il ne pouvait maintenant qu’aimer en retour (selon ce que dit Jean au verset 19). Il ne vivait plus pour lui-même, mais pour Celui qui l’avait tant aimé. Il sentait pleinement sa responsabilité à ce sujet durant sa vie sur la terre, car il savait qu’ensuite tout serait manifesté devant le Seigneur. Dans quelle mesure aurait-il répondu à un tel amour ? C’est ce que manifesteraient à ce moment-là les actions qu’il aurait “accomplies dans le corps” maintenant, sur la terre. C’est donc bien ce qui l’amenait à dire : “Nous nous appliquons avec ardeur à lui être agréables”.
Plus il était touché par l’amour de son Sauveur, plus il était rempli de cette crainte que ses actes ne soient pas à la hauteur de cet amour, et plus il s’appliquait à lui être agréable. Remarquons les expressions qu’il emploie : “étreint” par l’amour ; “combien” le Seigneur doit être craint ; nous nous “appliquons avec ardeur” à lui être agréables.
Mais, conduit par le Saint Esprit, Paul ne parle pas seulement de lui-même. Il dit “nous”, nous “tous” pour qui le Seigneur est mort : “l’amour du Christ nous étreint” ; “nous nous appliquons avec ardeur…” ; “il faut que nous soyons tous manifestés devant le tribunal du Christ, afin que chacun reçoive…” ; “connaissant combien le Seigneur doit être craint, nous persuadons les hommes”. Suis-je compris dans ce “nous”, dans ce “chacun” ? Oui, c’est bien pour moi aussi que le Seigneur est mort. Mais alors suis-je vraiment conscient des conséquences que cela implique quant à mes actes accomplis maintenant, et qui bientôt seront la mesure de l’appréciation de Celui qui m’a tant aimé ?
J.M. Allovon

Source: Calendrier Le Seigneur est proche – Bibles et Publications Chrétiennes – Achetez Le Seigneur est proche en cliquant ici.

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS