Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Ils apportèrent ces choses à David et au peuple qui était avec lui. 2 Samuel 17:27-29

Chrétiens TV

Comme David arrivait à Mahanaïm, Shobi… Makir… et Barzillaï, le Galaadite, de Roguelim, amenèrent des lits, et des bassins, et des vases en poterie, et du froment, et de l’orge, et de la farine… pour David et pour le peuple qui était avec lui… car ils dirent : Le peuple a faim, et il est fatigué, et il a soif dans le désert. 2 Samuel 17. 27-29

Barzillaï, le Galaadite

David a dû quitter Jérusalem pour échapper à son fils Absalom, décidé à s’emparer du trône. Le roi fugitif est accompagné de fidèles qui, pour le suivre, n’ont pas hésité parfois à emmener avec eux femmes et enfants (2 Samuel 15. 22). Après avoir passé le Jourdain, David arrive à Mahanaïm, en Galaad où il est accueilli, entre autres, par Barzillaï.
Cet homme “très riche” se montre fidèle dans l’administration de ses biens : il les utilise avec bonté en faveur de David et de tous les siens pendant leur séjour forcé à Mahanaïm (2 Samuel 19. 32). Il ne se contente pas d’aimer “en paroles… avec la langue” ; il aime “en action et en vérité” (1 Jean 3. 18). Cet exemple de dévouement peut nous encourager nous aussi à “subvenir aux besoins des saints”, à “nous appliquer à l’hospitalité” (Romains 12. 13) et à prendre soin de ceux qui sont fatigués ou découragés (1 Thessaloniciens 5. 14).
Quand David sera délivré et pourra regagner Jérusalem, Barzillaï l’accompagnera fidèlement jusqu’au-delà du Jourdain, malgré les infirmités probables de son âge – il a 80 ans (2 Samuel 19. 31, 32). David l’invite à le suivre à Jérusalem, où il l’entourera de ses soins (v. 33). Mais le Galaadite décline son offre. Avec humilité, il confesse qu’il ne peut plus “distinguer ce qui est bon de ce qui est mauvais” (v. 35). Il ne cherche pas les honneurs. Il s’apprête à mourir dans sa ville, en laissant derrière lui tous ses biens terrestres. Il manifeste ainsi ce que l’apôtre Paul exprimera plus tard : “La piété, avec le contentement, est un grand gain” (1 Timothée 6. 6).
Enfin, Barzillaï a compris que si une génération s’en va, une autre doit se lever pour continuer à servir le roi. Il demande que son propre fils, Kimham, puisse accompagner David et rester ensuite avec lui à Jérusalem (v. 37). Le roi accepte volontiers, et plus tard les frères de Kimham le rejoindront et seront fidèles à David et à son fils Salomon (1 Rois 2. 7).
À tous ceux qui avancent en âge, l’exemple de Barzillaï montre qu’une activité heureuse, et même fructueuse, peut encore leur être confiée : “Ils porteront des fruits encore dans la blanche vieillesse, ils seront pleins de sève et verdoyants” (Psaume 92. 14).
A. Ferrier

Source: Calendrier Le Seigneur est proche – Bibles et Publications Chrétiennes – Achetez Le Seigneur est proche en cliquant ici.

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS