Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

« Donnez-leur vous-mêmes à manger » (Luc 9 :13)

Plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, selon l’ONU. Cette situation ne semble pas préoccuper les chrétiens à qui Dieu a confié la mission de nourrir les affamés.

JE FAIS UN DON

Plus de 820 millions de personnes n’ont pas assez à manger dans le monde, selon le rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). De nombreux enfants victimes de la faim souffrent d’un retard de croissance et le nombre de bébés présentant une insuffisance pondérale à la naissance est inquiétant. Par ailleurs, les cas de surcharge pondérale et d’obésité liés à la malnutrition continuent d’augmenter dans toutes les régions, en particulier chez les enfants en âge d’aller à l’école et les adultes.
L’inégalité des revenus augmente dans de nombreux pays où les populations meurent de faim. Il est alors difficile pour les personnes les plus pauvres, vulnérables ou marginalisées de faire face aux ralentissements et aux crises économiques. Dans ce contexte, il est impératif que les chrétiens et les églises mènent des actions plus audacieuses, non seulement en termes de portée mais aussi de collaboration multisectorielle, face à cette situation préoccupante.

Que ferait Jésus à notre place ?

Si Jésus était dans notre monde, il ferait exactement ce qu’il a fait lors de sa première venue, à savoir subvenir à l’ensemble des besoins de ceux qui se tournent vers lui.
Dans Jean 6 :5-14, Jésus devait nourrir 5000 hommes. Il ne disposait que de cinq pains et deux poissons. Ses disciples arrivèrent à la conclusion décourageante : « Qu’est-ce que cela pour tant de gens ? » (Jean 6 :9). La Bible dit que « les douze s’approchèrent, et lui dirent : Renvoie la foule, afin qu’elle aille dans les villages et dans les campagnes des environs, pour se loger et pour trouver des vivres. » (Luc 9 :12)

« Jésus leur dit : Donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils répondirent : Nous n’avons que cinq pains et deux poissons, à moins que nous n’allions nous-mêmes acheter des vivres pour tout ce peuple. » (Luc 9 :13)

En bon pédagogue, Jésus leur fait une démonstration pour leur prouver que leurs excuses sont vaines et qu’ils ont la capacité de nourrir tous ceux qui souffrent de la faim.

« Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il les bénit. Puis, il les rompit, et les donna aux disciples, afin qu’ils les distribuassent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l’on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. » (Luc 9 :16-17)

Les chrétiens ont l’habitude de remercier Dieu quand ils ont été exaucés, mais Jésus nous apprend à rendre grâce avant d’avoir vu les résultats de nos prières. C’est une preuve que nous faisons confiance à Dieu. Dans ce texte, le Seigneur remercie notre Père céleste de lui avoir donné cinq pains et deux poissons, en ayant foi que Dieu allait multiplier ces aliments pour subvenir aux besoins d’un grand nombre.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. » (Luc 9 :13)

Si les pasteurs écoutaient Jésus, il leur dirait qu’ils ont le devoir d’aider financièrement et matériellement ceux de leurs membres qui sont démunis. Il est honteux d’envoyer les disciples du Seigneur vers des services sociaux alors les serviteurs de Dieu pourraient déjà résoudre leurs problèmes.
Si les chrétiens du monde entier pouvaient écouter la voix du Seigneur Jésus, il leur dirait que c’est à eux qu’incombe la responsabilité de nourrir les affamés.

Alors que le Seigneur nous ordonne d’aider les nécessiteux, les premiers chrétiens avancèrent les excuses suivantes :

« Renvoie la foule, afin qu’elle aille dans les villages et dans les campagnes des environs, pour se loger et pour trouver des vivres ; car nous sommes ici dans un lieu désert. » (Matthieu 14 :12)
« Philippe lui répondit : Les pains qu’on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu. » (Jean 6 :7)
« Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens ? » (Jean 6 :9)

Dans le monde contemporain, les chrétiens orientent habituellement les personnes démunies vers les services sociaux. Les affamés sont encouragés à prendre contact avec des ONG et des organisations internationales telles que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), ou encore le Programme alimentaire mondial (PAM) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pour le Seigneur Jésus, c’est à ses disciples qu’incombe cette responsabilité. Le récit de la multiplication des pains devrait nous inspirer. Le peu de nourriture dont disposaient les disciples au départ s’est transformé en abondance après que le Seigneur ait rendu grâce. Après que tous eurent mangé, il en est resté.

Sortons nos calculatrices pour voir si l’action de Jésus aurait été déterminante de nos jours. En nourrissant 5000 hommes par jour, le Seigneur aurait aidé 1,8 million d’hommes par an. En incluant les femmes et les enfants, on pourrait multiplier ce chiffre par trois, soit plus de 5,4 millions d’affamés qu’il pourrait secourir chaque année.
Si les chrétiens étaient animés de cette même foi et de l’onction de l’Esprit, quelques centaines de croyants suffiraient pour nourrir les 820 millions d’affamés recensés par l’ONU.

Conclusion

Jésus nous appelle à prêcher l’Évangile et à subvenir aux besoins des nécessiteux. Il est vrai que le défi qu’il nous lance a de quoi nous désarçonner et peut excuser notre incrédulité. Mais nous devons apprendre à compter sur la providence divine pour accomplir notre mission. Cessons nos vaines excuses et mettons-nous à l’œuvre en comptant sur la providence divine.

Chrétiens TV

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS