Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Biélorussie: Wagner mène des exercices militaires près de la frontière avec la Pologne

Des membres de la milice privée russe Wagner ont commencé à former des soldats des forces spéciales biélorusses dans une caserne militaire située à portée de fusil de la Pologne, pays membre de l’Otan, a annoncé jeudi le ministère biélorusse de la Défense.

Le chef de Wagner, Evguéni Prigojine, est apparu sur une vidéo mercredi accueillant des combattants en Biélorussie, leur indiquant qu’ils ne participeraient plus aux combats en Ukraine et leur demandant de rassembler leurs forces pour l’Afrique pendant qu’ils formaient l’armée biélorusse.

« Les forces armées biélorusses continuent la formation conjointe avec les combattants de Wagner », a déclaré le ministère biélorusse de la Défense.

« Durant cette semaine, les unités des forces d’opérations spéciales avec les représentants de la compagnie vont s’entraîner au combat sur le site militaire de Brest », a ajouté le ministère.

Les paramilitaires de Wagner sont postés à cinq kilomètres à peine de la frontière polonaise.

La Biélorussie a diffusé des images des hommes de la milice aux visages couverts, formant des soldats biélorusses avec des véhicules blindés et ce qui semble être des appareils de contrôle de drones.

La Pologne, membre de l’Otan depuis 1999, a annoncé ce mois-ci l’envoi de plus d’un millier de soldats à sa frontière avec la Biélorussie en raison de l’installation de combattants de Wagner dans ce pays.

Le ministère polonais de la Défense a déclaré que les frontières était sûres et que le pays était prêt pour « différents scénarios dans une situation changeante ».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a dénoncé en réaction « l’agressivité de la Pologne », qualifiée de « source d’inquiétude ».

« Une telle attitude hostile envers la Biélorussie et la Fédération de Russie demande une attention élevée (de notre part) », a-t-il déclaré.

« VOYAGE D’AFFAIRES »

La mutinerie avortée des hommes de Wagner fin juin a été vue comme un défi sans précédent au pouvoir du président russe Vladimir Poutine.

Le Kremlin affirme de son côté que le peuple est soudé autour de son président et de son armée.

Un accord a été trouvé le 24 juin, officiellement sous l’égide du président biélorusse Alexandre Loukachenko, permettant aux paramilitaires de trouver refuge en Biélorussie, d’être réintégrés sous le commandement du ministère russe de la Défense ou de retourner auprès de leur famille.

Wagner a perdu 22.000 hommes depuis le début de la guerre en Ukraine, 40.000 ont été blessés et 10.000 d’entre eux vont arriver en Biélorussie, selon la publication d’un commandant, partagée par la chaîne Telegram de Wagner.

Au total, 78.000 hommes de Wagner ont participé à ce qui est présenté comme le « voyage d’affaires ukrainien », dont 49.000 prisonniers, selon la même publication de ce commandant répondant au nom de guerre de « Marx ».

Wagner a aidé la Russie à annexer la Crimée en 2014, à prendre la ville ukrainienne de Bakhmout au printemps dernier et à combattre le groupe Etat islamique en Syrie. Il est aussi implanté en République centrafricaine et au Mali.

 

(Reportage Felix Light à Tbilisi et Guy Faulconbridge à Moscou; version française Zhifan Liu, édité par Kate Entringer)

 

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS