Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Gaza: Reprise des hostilités malgré l’accentuation des efforts vers une trêve

GAZA (Reuters) – Les initiatives diplomatiques visant à avancer vers un cessez-le-feu dans les affrontements entre Israël et les groupes armés palestiniens de la bande de Gaza se sont intensifiées jeudi, même si les hostilités ont repris pour le onzième jour consécutif après quelques heures d’accalmie.

Au lendemain d’un appel du président américain Joe Biden à une « désescalade », le ministre israélien du renseignement Eli Cohen a précisé jeudi au micro de la radio publique Kan qu’Israël « mettr(ait) fin à (ses) opérations lorsqu'(il) estimer(ait) avoir atteint (ses) objectifs ».

L’ambassadeur israélien aux Etats-Unis et aux Nations unies Gilad Erdan, a quant à lui déclaré sur la même radio qu’Israël voulait également que les affrontements cessent rapidement.

Mais « pour y parvenir (…) nous avons besoin de savoir que les infrastructures du Hamas ont été significativement atteintes et qu’il comprenne que cela ne sera pas la peine de tirer à nouveau des roquettes contre les citoyens israéliens pendant plusieurs semaines », a-t-il expliqué.

Selon la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera, l’émissaire de l’Onu pour la paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, devait rencontrer le chef politique du Hamas Ismaïl Haniyeh au Qatar.

Le numéro deux du mouvement palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza, Moussa Abu Marzouk, avait évoqué mercredi la perspective d’un cessez-le-feu imminent.

BRÈVE ACCALMIE

Une source sécuritaire égyptienne avait par ailleurs toutefois rapporté mercredi que l’Etat hébreu et les Palestiniens étaient parvenus en coulisses à un accord de principe sur une trêve, ajoutant que des détails restaient à régler.

Washington et plusieurs autres capitales régionales ont tenté de pousser pour un apaisement des violences par la voie diplomatique, tandis que l’Onu s’est également saisie du dossier.

La France, qui tente pour sa part de convaincre le Conseil de sécurité de l’Onu d’adopter une décision, risque de se voir opposer un veto américain.

Sur le front, les tirs de roquettes vers Israël ont repris jeudi matin après une interruption de huit heures sans faire de victimes ni de dégâts.

De son côté, Israël a poursuivi le pilonnage de la bande de Gaza, avec douze frappes depuis minuit, ciblant selon ses dires un dépôt d’armes dans la résidence d’un responsable du Hamas et des infrastructures militaires dans les domiciles d’autres chefs du groupe islamiste palestinien.

A Gaza, où les frappes aériennes ont aggravé une situation déjà désastreuse sur le plan humanitaire du fait du blocus imposé depuis 2007, des professionnels de santé évoquent un bilan de 228 morts depuis le début des hostilités le 10 mai.

Selon le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’Onu (UNHCR), plus de 450 bâtiments – dont six hôpitaux et neuf centres de soins de base – ont été détruits ou gravement endommagés à Gaza.

En Israël, où les tirs de roquette ont causé des mouvements de panique et poussé les habitants à se réfugier dans les chambres fortes installées dans les logements, les autorités ont fait état de 12 victimes.

Israël estime avoir été la cible de 4.000 tirs de roquettes depuis le début du conflit, dont une partie n’ont pas franchi ses frontières et une partie ont été interceptées par le système de défense aérienne « Dôme de fer ».

(Nidal al-Mughrabi à Gaza, Rami Ayyub à Tel Aviv et Andrea Shalal à bord d’Air Force One ; avec Jeffrey Heller et Ari Rabinovitch à Jérusalem et Aidan Lewis au Caire ; version française Myriam Rivet)

tagreuters.com2021binary_LYNXNPEH4J07O-FILEDIMAGE

Les commentaires sont fermés.

LES ARTICLES LES PLUS LUS